Instagram : générateur de valeur ou gimmick 100% B2C?
Fév17

Instagram : générateur de valeur ou gimmick 100% B2C?

Instagram semble être devenu incontournable dans le B2C. Mais au-delà des industries de vente aux particuliers, ce réseau social est-il adapté à toutes les entreprises ? C’est officiel, Instagram a désormais dépassé Twitter en termes d’utilisateurs (300 millions) et d’engagement ; deux métriques particulièrement surveillées par les entreprises et leurs communicants dès qu’il s’agit de B2C, de marketing digital ou de campagne virale. La montée d’Instagram semble aujourd’hui le consacrer au rang de chouchou des marques. Mais certaines entreprises ne savent pas forcément comment intégrer ce nouveau réseau social dans leur stratégie. Beaucoup d’entreprises s’interrogent et tentent de savoir comment utiliser au mieux Instagram ou si son utilisation est tout simplement pertinente. Faut-il être une entreprise du luxe, de la mode ou encore une enseigne sportive pour réussir sur Instagram ? Les entreprises du B2B ou qui n’ont pas de visuel fort doivent-elles s’y intéresser ? Instagram peut-il poser un risque pour les entreprises, d’ordre réputationnel ou autre ? Des questions plus ou moins classiques auxquelles nous proposons d’apporter un éclairage.   Instagram, un réseau fondamentalement B2C reposant sur la photo, les hashtags et les utilisateurs Reposant sur un contenu facilement « consommable » appartenant au registre de l’émotion (qu’il s’agisse de photos ou de vines), Instagram compense des caractéristiques techniques plutôt faibles (moteur de recherche peu élaboré, options de partage réduites) par une politique d’user generated content très marquée qui fait la part belle aux contenus originaux publiés en interne, tout en négligeant les contenus venant de sources extérieures à son réseau (liens Web, vidéos youtube, etc). Indubitablement, la montée en puissance d’Instagram tient en trois points : Les photos (le contenu) ; Les hashtags (le support de visibilité) ; Les utilisateurs (qui sont à la fois récepteurs et émetteurs de contenu lié aux entreprises).   La photo : incontournable nerf de la guerre C’est une lapalissade mais les photos sur Instagram sont à la fois primordiales et incontournables. Le visuel est la clef du réseau social, de son succès et de sa popularité. Il doit donc également être au cœur de toute stratégie qui sera liée à ce dernier. La première question que doit se poser une entreprise qui envisage un portage sur Instagram est donc celle de la production de photos : peut-elle être régulière et originale ? De qualité supérieure, quand elle est produite par ses équipes ? Ses followers peuvent-ils produire du contenu qui s’inspire visuellement de ses publications ? Alterner contenu léché et contenu de fans permet à une marque d’avoir un compte très dynamique, attractif et relativement bien connu, à l’image de Daniel Wellington par exemple. Compte Instagram Daniel Wellington Parallèlement, les marques se sont rendu compte que les influenceurs sur Instagram peuvent parfois être… des photographes indépendants....

Lire la suite
Journalisme citoyen : qu’est-ce qui va changer?
Déc23

Journalisme citoyen : qu’est-ce qui va changer?

Des solutions techniques sont progressivement mises en place pour intégrer les internautes à la construction des informations d’actualités, modernisant le concept de journaliste citoyen. Voit-on venir l’émergence d’un troisième acteur majeur dans l’agencement de l’information, ou le rôle du public sera-t-il cantonné à celui de sources primaires pour les journalistes/communicants ?   Informer : une affaire de journalistes et de communicants Depuis Hérodote, qui fondait ses “enquêtes” sur les récits et témoignages de tiers, l’information a toujours été une construction commune. Au cours de notre histoire moderne, les relations entre les acteurs qui font l’information ont changé : historiquement, les journalistes et les consultants en “relations publics” ont été au centre d’échanges parfois houleux, parfois vertueux. L’enjeu de ces rapports était d’influencer l’information qui reste, invariablement et étymologiquement, une construction (contrairement aux données qui sont des faits). La situation a changé. Le Web social a donné la voix aux internautes qui sont désormais capables d’influencer l’information mais aussi d’en être la source primaire. Il y a eu le cas emblématique de l’avion qui s’est écrasé sur l’Hudson, à New York, ou encore le premier tweet qui a informé du crash d’hélicoptères des commandos d’élites américains partis à la poursuite de Ben Laden. Janis Krums et l’avion dans la baie de Hudson: le premier journaliste citoyen? Le public est devenu une source d’information à part entière et tweets, photos ou autres posts Facebook sont devenus une véritable mine d’or pour le journaliste ou le communicant qui souhaite prendre le pouls d’une situation qu’il s’agisse : D’appels à témoins (il y a eu le cas de l’accident ferroviaire de Brétigny-sur-Orge, bien que celui-ci ait été jonché d’inexactitudes), D’analyses à forte valeur ajoutée: de nombreux internautes comme Maître Eolas sont régulièrement cités pour leurs sorties sur la toile, quand ils ne sont pas interviewés en ligne, De sentiments ou d’opinions vis-à-vis de sujets politiques, de société, culturels ou purement numériques (de nombreux buzz etc.). Cette proximité avec les internautes a révolutionné l’information, posant de nouvelles problématiques tandis qu’elle accélérait la disparition des anciennes (exemple : s’il est désormais plus facile de suivre un sujet à plusieurs milliers de kilomètres, la profusion d’informations ou de fausses données rend plus complexe de trier entre le faux et le vrai).   Vers un nouveau triptyque journaliste – communicants – publics Parallèlement, la métamorphose des différents “publics” devenus émetteurs plutôt que récepteurs fait que la construction de l’information tend vers un nouveau triptyque : Désormais, chacun produit ou influence à sa manière l’information. Il n’y a plus de récepteurs passifs, mais une succession d’émetteurs plus ou moins audibles. Ce changement de paradigme a eu plusieurs effets : Les journalistes/communicants disposent de nouvelles sources/ressources, Les...

Lire la suite