Influence : les USA passent la vitesse supérieure… et dérapent
Avr04

Influence : les USA passent la vitesse supérieure… et dérapent

Le potentiel des media sociaux est redoutable. Utilisés dans le cadre d’une stratégie digitale réfléchie, ils deviennent de puissants outils. L’Associated Press relate ainsi une histoire stupéfiante qui montre à quel point inventivité et maitrise numérique peuvent être mises au service d’invraisemblables opérations d’influence. Diplomatie Digitale s’intéresse particulièrement aux enjeux économiques, sociaux et sociétaux auxquels doivent faire face les parties prenantes civiles que sont les entreprises, les ONG etc. mais en l’occurrence, c’est un projet du gouvernement américain qui focalise toutes les attentions : amoindrir le système communiste cubain en créant de toutes pièces un réseau social manœuvré par les Etats-Unis et distillant des informations politiquement orientées dans une optique d’influence des populations locales. De nombreux parallèles peuvent pourtant être effectués avec les opérations de communication corporate. Selon l’AP, ce projet, mené par l’USAID (US Agency for International Development) consistait à développer secrètement un réseau social de type Twitter appelé ZunZuneo sans alerter le gouvernement Castro, et en contournant les restrictions liées à l’usage d’Internet en vigueur à Cuba. La tactique est simple : initier le développement du réseau social en fédérant les audiences cibles autour de contenus neutres et objectifs tels que le football ou des informations sur les ouragans. Puis, une fois un certain seuil franchi, il s’agissait de commencer à distiller des propos plus politiques incitant à la mobilisation contre le gouvernement en place et utiliser les données privées des utilisateurs ainsi recueillies pour leur communiquer des messages politiques. Parmi les références considérées pour initier un tel projet, la Moldavie et les Philippines, où le pouvoir des messages de type SMS avait été remarqué dans l’émergence de mobilisations politiques. Et évidemment, l’Iran, et sa « révolution Twitter », probable modèle considéré comme reproductible ? La construction de l’opération est à mille lieues d’avoir été hasardeuse et comporte plusieurs éléments similaires aux manœuvres d’influence corporate pouvant émerger des intellects des spin doctors. Selon les documents que l’AP déclare avoir consulté, l’équipe derrière ZunZuneo pouvait envoyer des "blasts informatifs" à ses membres, sur le même modèle que celui des opérations marketing d’envoi de newsletters. L’AP révèle par ailleurs que la population cubaine a été divisée en 5 segments cibles, selon le degré de loyauté au gouvernement et donc aux propriétés réceptives hétérogènes. Afin de bien comprendre ces segments, l’équipe de ZunZuneo a demandé leurs avis à 100 000 cubains sur la pertinence, pour deux groupes de musique de participer à un grand concert en faveur de la paix. En fonction des réponses, ZunZuneo pouvait caractériser l’échantillon ainsi contacté et adapter la teneur de ses propos. Tout le but de l’opération semble avoir été d’influencer chaque audience afin de l’orienter vers des dispositions politiques...

Lire la suite