Comment le cybercrime manipule Google
Oct02

Comment le cybercrime manipule Google

Avec l’essor du e-commerce, le Web est devenu plus qu’un lieu d’échanges entre les entreprises et leurs parties prenantes : c’est aussi l’espace où se fait une partie significative de leur chiffre d’affaires. Les moteurs de recherche tiennent une place particulière dans ces échanges commerciaux, car ils sont bien souvent la porte d’accès des sites, qu’il s’agisse de commerce ou même d’informations. Conscients de cet état de fait, des cybercriminels ont décidé d’utiliser des techniques de référencement frauduleuses pour polluer les résultats de recherche des moteurs, infecter des sites ou des ordinateurs, afin d’écouler des produits illicites issus de la contrefaçon, de la contrebande ou encore sans autorisation légale.   Cybercrime: définir et analyser la criminalité en ligne Si la question de la vente de produits illicites en ligne n’est pas une problématique récente, la publication de la thèse de Nektarios Leontiadis, chercheur spécialisé dans le cybercrime, est l’occasion de revenir sur un sujet encore trop peu médiatisé. Intitulée “Structuring Disincentives for Online Criminals“, cette publication revient sur la question de la cybercriminalité, que le chercheur définit comme “toute activité impliquant l’utilisation d’ordinateurs et d’Internet avec l’intention de tromper quelque individu ou de vendre des marchandises illicites“, en se concentrant notamment sur la question de la vente de médicaments contrefaits et des fausses pharmacies, un trafic particulièrement inquiétant notamment pour son impact désastreux sur la santé publique. Plus globalement, la thèse donne une vision assez précise de la structure des marchés criminels en ligne et de l’économie parallèle qu’ils représentent. L’analyse, le monitoring et les dangers des trafics illicites avaient déjà été abordés dans un article précédent (voir : cartographier les trafics à l’échelle planétaire, l’exemple de l’ivoire). Cependant, l’intérêt de la thèse de M. Leontiadis tient également à son analyse très intéressante des techniques employées par les cybercriminels pour monopoliser les résultats de recherche sur des moteurs comme Google, Bing ou Yahoo – des techniques auxquelles notre département a également été confronté dans ses propres investigations.   Contrôler l’offre : l’utilisation frauduleuse du référencement Le cas spécifique des DarkNets mis à part, la vente de produits illicites passe avant tout par une visibilité accrue sur le Web. Outre le fait que les premiers résultats des moteurs de recherche sont considérés comme plus fiables par certains internautes et que les premiers résultats Google captent 30-60% des clics, le fait de monopoliser la visibilité dans les moteurs de recherche permet d’occuper le marché… et de contrôler l’offre. Pour atteindre ces objectifs très marketing, certains sites n’hésitent pas à utiliser des techniques de référencement frauduleuses ou pernicieuses (black hat SEO), dont M. Leontiadis a dressées un portrait relativement fidèle et complet lors d’un colloque. On retiendra plusieurs techniques généralement employées pour générer...

Lire la suite