Quel rôle pour le journaliste dans une stratégie de communication ?
Mai05

Quel rôle pour le journaliste dans une stratégie de communication ?

Les media sociaux ont évidemment fait évoluer les manières de communiquer au sens large c’est-à-dire, chercher, recueillir, analyser, synthétiser, mettre en forme, diffuser et animer l’information. Ils ont également remodelé les contours qui différenciaient, jusqu’à l’émergence du web 2.0, le contenu (l’information) et le contenant (le support par lequel l’information est diffusée). Par conséquent, c’est le périmètre, voire le métier entier du journalisme qui évolue. Cindy Royal, professeur à la School of Journalism and Mass Communication de l’université du Texas, livre ses réflexions sur ce que devient cette profession que nous commentons. Montée en puissance des plateformes de diffusion d’information Cindy Royal affirme que cette évolution implique que le métier et l’exercice du journalisme sont désormais étroitement liés aux enjeux technologiques de l’informatique de l’information (réseaux, websites, applications mobiles etc.). Plus spécifiquement, Cindy Royal met l’accent sur l’angle de la distribution de l’information que permettent les plateformes de partage de contenu. Une des conséquences de la puissance qu’ont acquise ces plateformes (blogs, forums, réseaux sociaux) est que les producteurs d’information (journalistes, reporters et media d’information) n’ont aujourd’hui plus le moyen de contrôler la diffusion et le partage du contenu qu’ils émettent. Pour aller plus loin, selon l’auteur, c’est aujourd’hui le contenant qui détermine l’importance du contenu de même que son classement, par rapport aux autres contenus. La diffusion de l’information devient le marqueur de son importance. Ce constat a entrainé l’émergence de nouveaux acteurs adaptant le contenu au contenant et inversement (Melty, LinkedIn etc.). Selon l’auteur, cette évolution tend à homogénéiser l’offre de contenus, ce qui s’illustre par la diminution des différences pouvant exister entre Twitter, le New York Times et un site comme Vox (les trending topics, les articles les plus lus, les plus partagés étant automatiquement mis en avant). Sensibilisation des aspirants journalistes à l’évolution du monde de l’information Par conséquent, Cindy Royal affirme qu’il est indispensable de former les étudiants journalistes à cette notion de diffusion de l’information. L’auteur dresse ainsi une liste de questions qu’elle adresse aux aspirants journalistes afin de les sensibiliser à l’évolution du paradigme informatif : Comprenez-vous l’évolution de l’informatique et comment elle influe aujourd’hui sur le développement des plateformes de diffusion de l’information ? Comprenez-vous les nouveaux business model générés par ces plateformes ? Comprenez-vous les pouvoirs de l’utilisateur de ces plateformes ? Comprenez-vous la dynamique des réseaux qui sous-tend ces plateformes ? Appréhendez-vous les problématiques des entrepreneurs de telles plateformes et leurs approches des fournisseurs de contenus ? Comprenez-vous l’importance des acteurs tels que Facebook Paper et Yahoo News ? Etes-vous familier avec les CMS et leurs attributs ? Cindy Royal insiste sur ces éléments car selon elle, ils façonnent la manière dont le journaliste doit comprendre le...

Lire la suite
Pourquoi les acheteurs se tournent vers le Web social
Avr02

Pourquoi les acheteurs se tournent vers le Web social

Une étude menée par un centre de recherche sur le marketing démontre que les acheteurs préfèrent désormais se tourner vers du contenu publié par des experts du Web pour les aider dans leurs prises de décisions. La publication s’est focalisée sur les méthodes de sourcing, de partage et de curation de 352 acheteurs, tous continents confondus. Le résultat démontre l’importance d’internet et du Web social dans les recherches préalables aux ventes mais également après le contrat, dans le cadre d’achat d’options/services supplémentaires.   Soif d’analyse Ce qui intéresse plus particulièrement les acheteurs se révèle être le contenu analytique, objectif et factuel. Plus intéressant, les contenus les plus appréciés sont ceux qui sont publiés par des tiers – un résultat qui démontre l’importance des avis analytiques et non encartés, qui s’extraient du seul discours technique et commercial d’une entreprise. Autre découverte de l’étude, la communication et les échanges aidant à la vente se regroupent dans des « cercles » informels de partage de l’information : L’étude détermine 3 cercles majeurs, dont les appellations sont issues du management : From the « top down », les informations qui sont diffusées par les décideurs ou la direction, From « bottom up », les informations diffusées par les juniors, jeunes actifs, From the « middle-out », le contenu provenant des corps « intermédiaires », qui partagent du contenu plus « opérationnel », à la fois technique et qualitatif. D’autres résultats valent également la peine d’être mentionnés : La subjectivité dans les analyses est à bannir : les acheteurs vont préférer des faits et des analyses basées sur des données, Les 5 types de contenus les plus recherchés incluent : les sondages ou études sectorielles, les détails techniques sur des produits ou des solutions, les avis ou recommandations d’analystes, souvent financiers, les publications d’experts fondées sur des données précises et les contenus publiés par des sources externes, Les acheteurs veulent du contenu concret qui leur permet de mieux identifier les bonnes pratiques, d’établir un benchmark et d’établir un planning stratégique qui leur permettra de hiérarchiser besoins et priorités, Le contenu a un impact durable : le contenu a un rôle clef dans le cadre d’achats d’options ou de services supplémentaires. Une majorité (86%) se concentre ainsi sur le contenu digital pour identifier des produits additionnels. Une étude qui met donc le content marketing à l'honneur. Le rapport complet en anglais est disponible ici.   Vous souhaitez nous consulter pour plus d’information ? Cliquez...

Lire la suite