Ces ambassadeurs qui supplantent les media sur Twitter
Sep16

Ces ambassadeurs qui supplantent les media sur Twitter

Des sociologues ont réussi à déterminer que sur Twitter l’information passe désormais moins par les media et davantage par le biais de tiers qui la relaient auprès des publics cibles. Ces nouveaux “ambassadeurs” jouent un rôle clef dans le partage d’informations liées à un sujet ou à une thématique précise, notamment grâce à un taux d’engagement supérieur par rapport aux media classiques. Ambassadeurs : Description de l’étude Doit-on y voir le signe que les enseignements du New York Times n’ont servi à rien ? Ou que la sacro-sainte quête de l’influenceur sur le Web trouve une illustration nouvelle, cette fois scientifique ? Le fait est que les résultats d’une étude menée par des sociologues de l’université de Georgia viennent apporter de l’eau au moulin de ces deux hypothèses. Les chercheurs se sont en effet penchés sur la façon dont les informations publiées par le Département d’Etat américain étaient relayées lors d’une campagne en se basant sur la reprise du hashtag #SecClinton entre 2011 et 2012. L’idée étant de définir avec précision quelles relations une institution pouvait nouer avec son public et quels individus (les social mediator) font le mieux le lien entre l’institution et ses parties prenantes. Leur conclusion est sans appel : dans certaines régions, le gouvernement américain communique mieux et touche une audience plus ciblée sans la participation des media classiques. “L’utilisation que font les journaux et les agences de presse des réseaux sociaux reste démodée” explique Guy Golan, professeur associé des relations publiques à l’université de Syracuse, interviewé par le site Phys.org. Et le professeur de regretter que les media “publient leurs dépêches comme s’il s’agissait d’une diffusion générale, de façon unilatérale“. La question de l’unilatéralité des media dans leurs façons de communiquer sera d’ailleurs beaucoup critiquée dans cette étude. A ce déclin de la presse, les chercheurs opposent en revanche la montée en puissance de “social mediators“, que nous traduirons ici par “ambassadeurs”, et qui relaient auprès d’une audience beaucoup plus ciblée et beaucoup plus réactive les informations diffusées par le Département d’Etat.  Les relations qu’entretiennent le Département d’Etat et ses “ambassadeurs” Cette cartographie montre les relations entre les utilisateurs de Twitter qui ont posté des messages en utilisant le hashtag #SecClinton à la date du 28 décembre 2012. Les images représentent les “social mediators” ou “ambassadeurs” et les lignes qui les relient illustrent le taux d’engagement (principalement les Retweets et les mentions). A gauche, on retrouve les utilisateurs qui ont une relation directe avec le Département d’Etat. En bas au centre, on retrouve des ambassadeurs informels, principalement des bloggeurs, concentrés sur les régions du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. En haut, au centre, on retrouve les ambassadeurs de nationalité...

Lire la suite